Ils ont en commun la passion de la langue française que chacun d’eux sert avec sa sensibilité propre et avec une exigence absolue de qualité. Tous trois sont attachés à leur terre natale, et plus précisément à la “Cité des poètes” ainsi qu’est nommée la ville de Jérémie, dans le département de la Grand'Anse.

 

bandeau-haiti.jpg

 

Jean-Claude Fignolé

Figure marquante d’Haïti, et d’abord de la Grand’Anse bien sûr, cet homme aux multiples talents a refusé de cumuler les responsabilités politiques, mais ne peut nier le cumul de ses qualités. Curieux de tout autant qu’il est simple, économiste, agronome et légiste, journaliste et critique littéraire, il devient vite un écrivain très remarqué. Personnalité influente dans le mouvement du “spiralisme” avec Frankétienne et René Philoctète, il saura, quand ce sera nécessaire, s’impliquer dans la politique locale pour le canton de Jérémie, puis se retirer. Il est pour nous ce romancier au récit précis, aux phrases sculptées sans affèterie, qui vous emmène dans son univers.

 

Claude C. Pierre

La langue de ce poète est classique, sa rythmique beaucoup plus personnelle, s’adaptant aux thèmes qui l’inspirent. Après avoir enseigné en Haïti, chassé par la dictature Duvalier il a passé dix-sept années au Canada, notamment comme professeur de littérature contemporaine à l’université d’Ottawa. Revenu au pays natal, il y poursuit depuis aussi bien l’enseignement de haut niveau que l’alphabétisation. Sa poésie est si élaborée qu’elle en paraît naturelle dans la musique que libèrent les mots.

 

Evains Wêche

Voici un nouvelliste déjà remarqué et primé, dont la langue s’adapte charnellement à son île, aux thèmes qu’il traite avec l’audace de ceux qui sont marqués par la culture des siens et par la langue classique la mieux maîtrisée qui soit. Lui aussi fait partie de ces universitaires qui ont choisi de revenir travailler dans leur ville natale… même s’il ne peut pas vivre de sa plume. Il est prêt à s’élancer sur toutes les expressions littéraires, prêt à s’enrichir de toutes les rencontres.

 

Avec le soutien du Conseil général des Cötes d'Armor.

Retour à l'accueil