De Nicolas Simon, lauréat du concours de nouvelles :

 

Nicolas-Simon.JPG

 

"A vous tous qui m'avez accueilli avec tant de chaleur à Binic, je voulais vous témoigner, avec un peu de recul, tout le plaisir que j'ai eu à me trouver en votre compagnie.

 

Il m'a fallu un peu de temps pour revenir sur Terre après cet extraordinaire week-end. 

Paradoxalement, j'y ai été un peu aidé par un autre concours, auquel j'ai eu la chance d'être primé quelques jours plus tard. L'ambiance y était certes courtoise, mais également plus distante. La recherche des retombées médiatiques éclipsait de mon point de vue la volonté d'échange. La littérature m'y a paru être plus un prétexte qu'un intérêt premier. Des personnalités étaient invitées là également, mais on évitait de trop les mêler à la foule, aussi bien le public que les lauréats. Je ne critiquerai pas cette approche, chacun étant libre de donner la tonalité qui lui plaît aux évènements qu'il fait l'effort d'organiser. Mais je m'y suis clairement moins épanoui qu'à vos côtés.


Le souvenir des sentiments colorés, de la bienveillante convivialité, de l'humilité et de la générosité dont je m'étais senti entouré quelques jours auparavant m'a paru douloureusement lointain. J'étais venu à vous sans vraiment savoir où me mettre. Je me suis retrouvé abasourdi lorsque j'ai réalisé que vous aviez attribué le premier prix à "Naissance", que vous m'aviez adressé un tel gage de reconnaissance. J'ai eu du mal à trouver mes mots lorsque vous m'avez invité à m'exprimer, et j'ai craint un temps qu'il n'en fût ainsi toute la journée. Et puis vous avez su me mettre à l'aise, avec sourire et simplicité, privilégiant le plaisir de l'autre, l'envie d'être là.
 

Et moins d'une semaine plus tard, dans cette ambiance mondaine où l'on vous photographiait avec un chèque géant pour ensuite ne plus vous adresser la parole, j'ai trouvé le contraste aveuglant. J'ai enfin pris la mesure de mon regret. Mon passage à Binic avait été quelque chose d'exceptionnel pour moi : première fois que je recevais un prix, premier prix, revoir la mer, rencontrer des auteurs, ... J'ai pleinement pris conscience du fait qu'il est dans la nature des exceptions d'être uniques. Une évidence que j'avais évité de regarder en face, espérant sans doute prolonger l'instant. Une réalité qui en même temps confère à ces moments passés avec vous la valeur des choses rares.

Aussi garderai-je précieusement ces souvenirs, et aurai à cœur d'essayer de les faire revivre dès que l'occasion se présentera."

 

 

Retour à l'accueil