"Moi aussi j'écris" : quelques échos du grignotage littéraire de février

C’est dans une salle du Miramar que nous avons été accueillis le 26 février dernier pour notre grignotage mensuel. Petits feuilletés, salés sucrés, délices de poire au chocolat fondu, nous avons craqué pour l’accueil qui nous a été réservé.

Moi aussi j’écris !

Tel était le thème que nous avons choisi d’aborder, et ce n’est certes pas un hasard, car il est vite fait de constater que de nombreuses personnes de notre entourage se livrent à cette activité. Qu’elle aboutisse ou non à une publication, avec éditeur ou à compte d’auteur, voilà qui était secondaire car le but de la soirée était le partage, et c’est bien ce qui s’est fait en toute simplicité.

C’est Simone Ruellan qui a commencé. Bravo Simone, l’exercice n’est pas aussi simple qu’il y paraît. Pour avoir participé avec grand plaisir à un atelier d’écriture, Simone s’est lancée dans l’écriture de textes provoqués par une amorce proposée par l’animateur de l’atelier. Elle nous a lu ce soir un récit de souvenirs d’enfance, sensible et élégant, dans lequel un certain nombre d’entre nous ont pu trouver des échos personnels.

Françoise Boubennec, bien que participant au grignotage pour la première fois, n’a pas hésité à nous présenter Nuisance, un récit inspiré par la présence bienveillante (malgré son nom) d’une chatte aimée, accompagnant de près tout un pan de sa vie.

Paul Dirmeikis a lu un poème extrait de son recueil Les Belles Choses, paru en 2014 aux Editions de l’Eveilleur. Et en a chanté un autre a capella, en fin de soirée.

« D’où vient le vent qui nous dévêt

des nuits anciennes et du limon

sablonneux des amours déçues

qui nous dénude de nos gestes

pétris de pluies et de promesses (...) »

www.dirmeikis.org

Bernadette Guillouët a lu deux poèmes sur le thème de la rupture amoureuse, Ouessant, et Pointe de l’Arcouest, qui font partie d’un quatrième recueil encore inédit pour l’instant. Travail sur l’émotion, le ressenti au plus près du vécu.

http://bernadetteguillouet.blog.fr

Dominique Le Page, pour sa première participation à nos soirées, a lu deux poèmes extraits de son recueil : J’ose paru chez Edilivre. Une écriture qui nous plonge dans l’immédiateté des sensations, couleurs, odeurs, sons, saveurs : tout ce qui, si facilement, se perdrait sans une attention consciente.

Edilivre.com/j-ose-dominique-le-page.html

Clémence Dirmeikis est venue avec un texte encore inédit qui a marqué le public par sa force et l’originalité de sa voix : Ça bout. Un parfum d’enfance, des mots d’adulte, une touche d’étrangeté, et beaucoup de charme.

Vincent Larnicol nous a lus, avec l’intensité et la chaleur qui le caractérisent, deux extraits de nouvelles. Le premier tiré de la nouvelle qu’il a écrite spécialement pour le concours des Escales 2015 sur le thème La nostalgie des sirènes. Il s’agit de Loukienn et Louyenne. Le second, extrait de Fleur de sel, un texte qui fait partie d’un recueil en cours de travail, et qui sera dédié à Jean Teulé.

"Moi aussi j'écris" : quelques échos du grignotage littéraire de février

Françoise Gehannin nous a embarqués sur un cargo en partance pour une traversée au long cours, dans les pages de son nouveau roman encore inachevé à découvrir prochainement.

http://raconterlavie.fr/francoise-gehannin

C’est à Mérédith Le Dez que Robert Blondel a confié le soin de lire un extrait de son dernier roman : Le Soleil d’Élissa, paru en 2014 aux Éditions Wallada. Une obsédante scène de funérailles antiques vécue de l’intérieur par une femme puissante.

Puis, c’est Robert lui-même qui a lu un extrait de Zotos l’Athénien, ou le silence des dieux, paru en 2009 aux Éditions Wallada. Âmes sensibles s’abstenir, le passage choisi relatant d’une façon très clinique un meurtre très … meurtrier. En réalité, restitué de façon très vivante. Mais le terme est-il bien choisi dans ce cas précis ?

http://www.robertblondel.com

Mérédith Le Dez s’est laissé convaincre de lire un extrait de son dernier roman, Baltique, qui vient de paraître aux Éditions Le bruit des autres. Passage très évocateur, ambiance citadine et littorale à la fois, références communes en partage.

https://meredithledez.wordpress.com

Corinne Dirmeikis a choisi de lire un texte intitulé Le lacet, inspiré d’un épisode de son « roman familial », mais qui s’inscrit plus largement dans la perspective historique de notre passé récent.

Ce petit résumé ne fait que lister les différentes interventions sans avoir la prétention de restituer la richesse des échanges qui ont eu lieu, que ce soit sur le sujet de leur rapport à l’écriture que les participants ont été invités à préciser, ou sur le sujet de de la problématique de l’édition. Des expériences très différentes ont été évoquées : celle de Mérédith qui créa les éditions MLD, celles d’auteurs publiés par des éditeurs ou à compte d’auteur, ou encore de personnes dont l’accès à l’écriture (le plaisir d’écrire) n’anticipe aucun passage par l’édition.

Un grand merci à tous, participants et auditeurs attentifs, et à nos hôtes du Miramar.

Le prochain grignotage aura lieu le jeudi 19 mars au Nord-Sud et nous aurons le plaisir d’échanger autour des auteurs invités aux Escales 2015. Consultez le programme.

Retour à l'accueil